pensées féministes et poesie sapphiste

14 octobre 2017

ce n'est plus qu'une question de temps

ce n'est plus...

une question de temps

de temps écoulé

 

tic

ploc

ploc

le tic tac du ploc

 

l'horloge a parlé

les années ont passé

l'horloge a sonné

l'heure a tourné

 

les matins se sont obscurcis

les nuits voilées

une journée sans rien

 

l'horloge a parlé

 

le tic tac du ploc

ploc

ploc

 

elle a sonné

 

l'heure

 

une question de temps

une question d'heures

 

ce n'est plus une question d'années

 

et j'en ai perdu du temps

 

ou j'en ai gagné

 

je ne sais pas bien

 

j'ai compté

 

les absences du rien

 

 

il reste juste ta main

celle que tu mettais sur mon front

 

 

tic

ploc ploc

le tic tac du ploc

 

jusqu'à la fin

 

c'est juste une question de temps...

utilisez-le bien!

 

 

 

 

 

Posté par Agnespoesie à 09:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 octobre 2017

les couleurs pour voir le jour se sont détachées

des éléments défaits à la noirceur

lorsque le temps s'ouvre

lorsque le monde tourne

 

la vie peut faire bouger

 

circonférence

 

regarde moi

j'emprunte encore parfois les mêmes chemins

mes années sont venues dans les allées parvenues

toujours des retours

 

jusqu'à la limite étirée

un peu comme un élastique

le permettrait

 

puis retourner

révolution

volte face

 

arpenter

 

j'ai beaucoup marché

pour ne pas me perdre

 

les couleurs pour voir le jour se sont détachées

des éléments défaits à la noirceur

lorsque le temps s'ouvre

lorsque le monde tourne

 

la vie peut faire bouger

 

circonférence

 

 

j'ose me tenir par la main

m'accompagner dans la nuit

pour faire le tour

et se retrouver

 

il y a un secret

au fond de moi je le sais

je suis seule

 

un peu comme un élément arraché

une expérience ratée

une inclusion rejetée

 

greffe à la vie comme une visite séparée

implant souriant qui parfois dément

 

je ne colle pas à la réalité...

 

 

 

 

 

Posté par Agnespoesie à 09:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 septembre 2017

penser

agencer

formuler

clarifier

sans doute, il y a des matins de certitude, l'air plus malin, les traits notés,

qu'est-ce qui peut convenir?

la valeur à la raison...

les idées ont raison.

J'ai noté depuis toujours le monde des pensées intérieures, my mind : l'esprit de mes valeurs, la sincérité de l'échelle de mes accords,

j'ai noté pour dire,

j'ai noté pour dévoiler,

être juste affirmée,

la vie se presse de dire à notre place,

exprimer l'ensemble de nos actes par des indices,

mais,

l'atelier du soi-même indique bien plus de formalités

le détail de toutes les pensées,

l'épaisseur des façons de voir et d'observer

le silence, le secret,

j'ai noté pour dévoiler.

dire pour exprimer, sortir et inscrire peut-être imprimer

le besoin de se sentir unique et particulier,

orgueil démesuré.

Il y a bien des années

le filtre de la vérité, passé aux cribles de la censure, de l'interdit, de la violence morale et de la paralysie,

chercher intérieurement comment s'en sortir

chercher en soi le possible

chercher une piste convenable

chercher à fuir

chercher un chemin

chercher un lendemain,

chercher, chercher, chercher, déduire et tracer

penser

introduire

chercher à comprendre

je n'ai presque rien trouvé

j'ai repoussé le mal

j'ai lutté contre un égo sujet en rêve d'omniscience

et j'ai réfléchi

un reflet écrit

une ligne jetée sur un écran bleuté

ces lettres passées

je me suis surpassée

dépasser le "dit" spontané

conserver une mémoire écrite

une relecture des instants

une correction du moment

la vie est incertaine

puisque certaine de plusieurs destins

en face de soi-même

lequel me va le moins bien?

celui que je n'aurais pas choisi...

celui qui ne peut être le mien...

celui où je me suis mentie...

celui qui m'a échappée...

Des lignes inscrites sur les détails, les liens

la non concordance des moyens

j'ai vu un nombre d'années déroulées

surprise par chaque être rencontré

des enjeux dédoublés

des figures, des chemins, des pouvoirs, des mensonges

des figures, des jardins, des petits mondes

comme le mien,

j'ai traversé des angles de vue miroités

des couloirs et des voies sans issues

reculer

la pensée, ce trajet en continue d'une ligne ondulée

les mots dans leur infini tournure

ont défini mes priorités

geste là issu des écritures

geste en soi du mouvement de l'âme

geste et rotation de la tête

se retourner sur soi-même

penser

délier les fils

trier les idées

accepter

 

 

 

 

 

Posté par Agnespoesie à 12:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
02 septembre 2017

ce que les âmes gardent

après le tri entre les fautes, les erreurs et la colère

que reste t-il?

soigner les plis et les plaies du passé

pour le grand départ du toujours

regarder ce qui est de son côté

se reprocher les fantômes du passé

aujourd'hui le temps a reculé

parce qu'hier n'existera plus

rien n'est définitif

 

ce que les âmes gardent, avant de mourir

une mélodie percée criante

peut-être quelques regrets

se sentir épuisé

du fin fond de la vie jusqu'au bord du puit

l'écoulement inévitable des années

lorsque l'on a tout bu

lorsque l'on a tout perdu

un visage transformé

pour quitter sans être reconnu

il reste d'une pupille des adieux contrariés

l'irrémédiable

tout est joué

tout n'a pas été dit

mais tout est acté

 

ce que les âmes gardent

les mots, les sens

l'essence des mots

les phrases déjà dites

comme des silences durent longuement

le long des réalités tues

comme des vérités accidentées

nous avons déjà creusé

un terrible fossé

où la tombe ne pourra qu'être achevée

avec la mort

 

 

 

 

 

 

Posté par Agnespoesie à 10:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 juin 2017

On m'a dit qu'elle allait peut-être partir, pour l'instant elle n'est plus vraiment là,

c'est comme une absence, comme une disparition,

c'est comme quitter une partie de soi-même,

froisser le temps,

se dire qu'il ne reviendra plus, ce passé composé, les fleurs du soir,

les saisons dorées,

 

j'ai dégagé une énergie dévorante, une volonté conditionnée,

à trouver les raisons d'entente, les phrases de complicité,

j'ai recherché en continu la paix,

 

j'ai soufflé lentement et doucement, sur les vieilles blessures,

j'ai laissé les chairs se refermer,

 

j'ai appris à pardonner,

 

lorsqu'elle n'est plus là,

ses yeux deviennent transparents

la lumière d'antant voyage en un instant,

le couloir de la vie se rétrécit

il n'y a plus d'âge

 

j'ai appris à la laisser partir

à la laisser me quitter

 

 

Posté par Agnespoesie à 08:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 juin 2017

vieille ville

village englouti

rues désertes

le passé sonne encore

ses pas sur pavé

s'échappent

 

fuite

 

 

elle court

tout autour

le monde vide

comme un film

elle court

 

fuite

 

 

contre l'agression

contre la violence

contre la force brutale

contre la domination

 

 

elle court

 

 

jamais assez vite

jamais assez loin

 

le passé revient

la bataille est toujours

un surlendemain

 

elle court

elle marche plus vite

elle accélère

elle quitte

elle contourne

elle part

elle s'agite

 

l'égalité n'est pas encore arrivée...

Posté par Agnespoesie à 08:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mai 2017

parler à la pluie, parler aux feuilles, parler aux arbres, parler à soi-même,

la voix ultime, la voix intense, la voix renaissante et perpétuelle,

parle ta conscience,

chaque phrase, petite ou grande décision, ruminement ou résolution,

la tête est pleine, immense vague à l'âme, volte face, remue méninge,

la tête est pleine, les idées voyagent et les rêves viennent

sous le soir ou le clair matin

graine d'espoir, de rage ou de chagrin

la voix appelle

la voix te guette

la voix survient

j'entends en moi les discours du moi-même

j'entends en moi les recours à soi-même

la voix a parfois raison

la voix a parfois tord

écrire et garder les informations

tourner la page

se laisser guider

sortir d'un conditionnement

les interprétations

pour une voix soudaine

les impressions

l'autodétermination

laisser vivre quelques contradictions

entre la voix le geste et l'action

j'écoute et je laisse

j'écoute et je donne

j'écoute et j'entreprends

telle est ma conciliation

 

 

 

 

Posté par Agnespoesie à 08:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 avril 2017

prédire les avenirs, puisqu'il faut parier sur une suite,

avoir des idées claires sur ce qu'il faut bâtir,

"liberté, égalité, fraternité"

est-ce exagéré de vouloir définir un droit réel unanime,

une vision d'être humaine - d'être humain,

une façon de regarder la vie plutôt que de cumuler la misère

 

si la vie pousse en clarté, fusion et explosion

aggrandissement à l'échelle vitale

une vie n'a pas plus d'importance qu'une autre

le monde a besoin d'évolution

stoppons le massacre

plutôt guérir que détruire

soigner que blesser

donner qu'arracher

 

si la vie pousse en générosité, création et diversité

soulèvement à l'ordre des gènes, des molécules et des assemblages

cohésion et filament d'une union parfaite

les échaffaudages du réel

danser ensemble, fêter,

se réjouir de l'existence, rêver

parce qu'elles sont là les bases de l'intelligence

la dignité, la concordance,

la coordination, la construction, la connivence

avec, ensemble

 

puisqu'il n'y a sous nos pas qu'un monde

 

puisqu'il n'y a entre nos mains, qu'une terre

 

puisqu'il n'y a sur nos vies, qu'une raison

 

"liberté, égalité, fraternité"

 

avoir le choix, rendre possible

pour toutes et tous, à un même niveau,

sans préjugé, avec bienveillance, la différence n'est qu'apparence,

 

j'ai besoin, j'ai envie de poursuivre la vie

pour plus de justice

pour plus d'équité

pour plus de projets

pour créer

pour vivre correctement

pour être bien

pour regarder demain

se dire que le monde est image,

clarté, des espoirs de chacun

 

tout est à faire, à inventer

 

 

 

Posté par Agnespoesie à 10:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 avril 2017

exister, se libérer des conditions qui fondent sa propre existence,

respirer, accepter le mouvement d'ouvrir et de rejeter l'atmosphère,

battre, circulation interne des flux en continu,

vivre, être en capacité pleine ou partielle, de son organisme,

 

exister, être tout juste là,

respirer, automatisme et réflexe conditionné,

battre, tension interne rythmée,

vivre, être présent au monde autour

 

exister, chercher une place,

respirer, prendre conscience du souffle en soi,

battre, prendre son poul,

vivre, contourner les obstacles ou les franchir,

 

exister, avancer dans la vie en s'affirmant peu à peu,

respirer, être relié à l'air du temps,

battre, percevoir des accélérations ou des tensions,

vivre, accepter d'être là et chercher du sens,

 

exister, définir les éléments qui nous semblent essentiels,

respirer, favoriser l'inspiration ou l'expiration, selon,

battre, entendre un jour le bruit du coeur et de l'émotion,

vivre, poser des actes, agir, faire de son mieux,

 

exister, partager le temps dont on dispose,

respirer, éviter de se mettre toujours en apnée,

battre, comprendre qu'il faut accompagner les battements de son être et ne pas lutter contre,

vivre, équilibre entre l'émotion, l'action et l'acceptation,

 

exister, savoir que parce qu'il y a une fin, il y a urgence,

respirer, trouver des espaces et reprendre son souffle,

battre, garder un rythme régulier,

vivre, suivre le temps, l'espace et la fréquence des choses

 

 

Posté par Agnespoesie à 09:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mars 2017

Il est de toutes les époques

une circonstance aggravante

à tous les faits déplorés

"en tout état de conscience"

voilà

un noble lion en sa fable

à loisir repu et délectable

noblesse exige

l'argent à disposition

dont il faut saisir encor'

pour parfaire sa noble fourrure

ou soigner ses admirables dents

souffrir un air féroce et distant

inutile de feindre un rugissement

l'art de courir bien trop fatiguant

exploitons plutôt la force des gazelles

l'épreuve aux courageuses femelles

ces félines demoiselles

à l'ombre des robustes feuillages

le roi patiente un nouveau festin

en fermant modérémment les paupières

et en tentant un air d'ultime conviction

se donner en spectacle

paraître le plus irréprochable

une plume d'aile

vient à tomber et déranger sa majesté

un oiseau d'encre sur papier

claironnant des chansons d'égalité...

de justice et de clarté

le roi écrase de sa patte

la plume au sol se brise

le chant des oiseaux s'éloigne

aucune révolution ne gagne

l'art et la maîtrise de conserver

plus encore de maîtriser

les privilèges et les avantages

contrefaire et détourner

posséder

claironner la puissance d'un roi

aux exigences de naissances

 

et que la masse de la populasse

travaille plus et s'épuise

pour que le lion puisse cligner des yeux, bailler et se prélasser!

 

 

 

 

Posté par Agnespoesie à 08:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]